Samedi 15 décembre 2018

Je l’ai appris du Seigneur (Esaïe 28,14-22)


Lire le texte

On trouve partout, dans notre histoire et dans nos vies, les copies multiples de nos contrats tragiques avec le non-sens, la logique de la tristesse, l’accord global avec la mort. Chaque jour, on nous relit les alinéas et codicilles de notre désespérance. On dirait que le mal gagne, que la non-vie l’emporte, que la mort va triompher. C’est le mauvais contrat. Un pacte infructueux et tragique. Faire confiance au discours des infidélités est un faux contrat. Une alliance avec la mort. Dans un monde où l’apparence offre « fausseté pour refuge et mensonge pour abri », Dieu signe une alliance posée « sur une pierre éprouvée, une pierre angulaire de prix ». Malgré les parchemins délavés de nos coutumes mornes, l’alliance avec la mort sera détruite. Dieu bâtit l’espérance en prenant la droiture comme règle et la justice comme niveau. Le faux contrat avec la mort ne subsistera pas. « C’est aujourd’hui que je me souviens. C’est aujourd’hui que j’ai mes souvenirs. Elles sont là, mes allégresses, avec ce qu’elles furent et avec ce qu’elles peuvent être. » La mort ne m’oblige à rien. La vie me laisse libre même lors de la mort. Le vrai contrat est nouveau, sans petite écriture douteuse ni crédibilité faussée. Dieu signe la feuille de la vie. C’est aujourd’hui que je me souviens. Dieu vient à mon souvenir et nourrit de vie ma mémoire. La mémoire de ce qui fut. Surtout, la mémoire de ce qui peut être.

Pedro E.Carrasco

Prière: Relis-moi, Seigneur, le contrat de ta grâce, la promesse de ta vie, l’assurance de ta miséricorde. Délivre-moi de cette habitude qui me fait croire à la valeur contractuelle de la tristesse, de l’injustice, de la mort. Viens signer en moi la feuille blanche de ta vie. C’est toi, ma vie, Seigneur. Aujourd’hui, je me souviens. Elles sont ici, mes allégresses, avec ce qu’elles furent et avec ce qu’elles peuvent être.  

Référence biblique : Esaïe 28, 14 - 22

Commentaire du 16.12.2018
Commentaire du 14.12.2018