Dimanche 21 octobre 2018

Esaïe 54,10-14


Lire le texte

Quand les montagnes s’éloigneraient, Quand les collines chancelleraient, Mon amour point ne te quittera. O Jérusalem ! Prends comme unité de mesure le temps que dure ta punition et multiplie-le par ce qui te reste de foi : tu connaîtras alors la surface de la grâce que Dieu te destine et verras que ton épreuve ne fait pas le poids face à la tendresse dont il ouvre les écluses. Il faut attendre le 21e chapitre de l’Apocalypse pour voir reparaître le thème triomphal de la Jérusalem nouvelle, élevée en murailles de lumière sur fondations de pierres précieuses. Ce décor de « Mille et une nuits » évoque les princes orientaux qui sertissaient de gemmes les portiques et murs de leurs palais, avant d’être mis au service de la princesse Jérusalem, « parée comme une épouse qui marche à la rencontre de son mari ». Un monde nouveau où le Beau prévaudra sur l’utile, et l’esthétique sur le quotidien. Beauté épousera Justice : « Tes enfants seront tous mes disciples » (13). Diversité se fiancera à Unité: ces disciples seront construits en « pierres vivantes sur la Pierre de l’angle » (1 P 2) dont ils refléteront la lumière par l’éclat multiface de personnalités aux charismes divers – cristal, saphir, rubis… Ce cantique est le chant d’amour de la conjugalité restaurée entre Dieu et son peuple.

Echo dans les textes de ce dimanche « L’homme et sa femme ne seront plus deux, mais une seule personne. » (Mc 10,1-12) « La Parole de Dieu entre en nous profondément, jusqu’aux articulations et à la moelle. » (He 4,12-13) Cantique « PsC » n° 345 ; « Alléluia » n° 13-03

Référence biblique : Esaïe 54, 10 - 14

Commentaire du 22.10.2018
Commentaire du 20.10.2018